Faire du sport c’est facile !

faire du sport
Faire du sport

Je suis le number one !

Faire du sport est ma passion, je suis en pleine course et mes compétiteurs ne me laissent pas de répit. Depuis plusieurs années, je truste les podiums, si bien que je suis l’homme à abattre. J’aborde le virage en pleine vitesse. Je sais que l’adhérence, dans cette partie du circuit, n’est pas bonne, mais la victoire se mérite. La ligne d’arrivée est en vue, cela va être chaud, je suis au coude à coude avec Mario, mon plus grand challenger. Quand soudain j’entends “à table !” Je suis complètement déstabilisé par cette intervention. Mario en profite pour me jeter une peau de banane et je me retrouve dans le décor.

Faire du sport, c’est ma vie

Je m’appelle Guillaume, trente-cinq ans, marié avec deux enfants et pour moi, la vie est belle. Un peu de contrariété ce soir, l’appel intempestif de mon épouse m’a fait perdre la première place de ma course Mario-kart. Je lui fais remarquer avec humeur. Heureusement qu’elle se rattrape par sa cuisine, un véritable cordon bleu. C’est bien simple, depuis notre mariage, j’ai pris vingt-huit kilos. A l’origine, je suis plutôt svelte, mais j’approche maintenant du quintal. J’aime pourtant faire du sport, en plus de Mario-Kart, je joue régulièrement au foot avec FIFA 19 et je pratique le tennis avec Tennis World Tour.

L’orage gronde

« J’en ai marre que tu te contentes de mettre les pieds sous la table ! »
« Mais, ma chérie, j’avais une course super importante avec Jérémy, d’ailleurs tu m’as fait perdre juste dans la dernière ligne droite avec ton appel, mais je ne t’en veux pas !»
« Il ne manquerai plus que tu te plaignes ! Tu pourrais aussi t’occuper des enfants, leur faire faire leurs devoirs »
« Tu sais bien que je ne suis pas vraiment un intellectuel, c’est toi la tête de la famille !»
« J’en ai plus qu’assez ! Entre le linge, le repassage, la cuisine, les courses et les enfants, je ne vois pas le jour pendant que toi tu te vautres dans notre canapé à jouer à des jeux stupides !»
« Ma chérie !»
« Eh bien la chérie, elle va bientôt rendre son tablier si tu ne l’aides pas plus que ça !»

Je suis incompris

Je suis surpris par cet éclat de voix, je suis pourtant un mari modèle. Quand on sort en voiture, c’est toujours moi qui conduit, c’est fatiguant ! Dès qu’il faut ouvrir une bouteille de vin, c’est bibi qui s’y colle. Même la pelouse, c’est moi qui la tond. Bon, nous sommes en décembre, pour le moment c’est plutôt calme, mais le printemps n’est pas loin ! On doit être en période rouge, c’est ce qui la met de mauvaise humeur. Pourtant, il y a quinze jours, quand j’ai voulu faire mon devoir conjugal, le rouge était déjà mis. Qu’est ce qui lui prend tout à coup ? Je pense que la crise va se résoudre sur l’oreiller. Manque de bol, une fois dans le lit, les rapides préliminaires faits, impossible de bander ! Je tenterai un autre jour.

Même au travail !

Ce matin, en arrivant au bureau, le chef a la tête des mauvais jours. Je suis commercial pour une entreprise qui vend des photocopieurs. Mes résultats sont corrects, bien que Je n’atteignes pas les objectifs. Mais ils sont toujours démesurés, c’est quasi impossible d’y parvenir. D’un signe, il me convoque dans son bureau. Je vais encore passer à la moulinette, j’y suis habitué. Pour m’en sortir, c’est facile : il suffit de lui dire que j’ai une grosse affaire sur le feu. La concurrence est rude mais j’ai plusieurs atouts dans ma manche. Je rédige ensuite un joli tableau avec des prévisions de ventes un peu optimistes et le tour est joué. Cependant aujourd’hui le ton est différent.

Aïe !

« Guillaume, vous êtes sur la sellette ! L’entreprise fait évoluer son image. Nous voulons mettre le dynamisme en avant et montrer que nous sommes dans le mouvement. Vous vous êtes rendu compte que nous sponsorisons de plus en plus de grands événements sportifs. Nos commerciaux doivent devenir les ambassadeurs de cette volonté. C’est pourquoi nous allons participer au niveau local à des épreuves sportives. On ne peut pas vous y obliger, mais c’est fortement recommandé. Ne faites pas cette tête, vous allez avoir le temps de vous entraîner. La course retenue est le bike and run du bocage en juin, une épreuve en binôme comprenant course à pied et VTT. Pour l’occasion vous serez le partenaire de Clément ».

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Une souris au BNI du vendredi

A bas les sportifs !

La catastrophe complète ! En duo avec Clément, ce sportif prétentieux qui nous bassine tous avec sa routine matinale qui consiste à courir 8km avant de venir au boulot. Il va criser de se retrouver avec moi. Aucun de nous deux n’a d’atomes crochus avec son vis-à-vis. Nous avons tout tenté, chacun de notre côté, pour infléchir la décision du chef, peine perdue, il fut intraitable. Il nous a encouragé à mettre en place, dès maintenant, une stratégie pour figurer dans la première moitié des concurrents à l’arrivée. Si cet objectif n’est pas atteint … Les ennuis commenceront. Nous sommes donc contraints de coopérer. Cependant, pour le moment, nous n’arrivons pas à trouver un terrain d’entente. La nuit porte conseil, nous tâcherons de trouver une solution demain.

Je suis au plus bas

Quand je rentre à la maison, j’ai le moral dans les chaussettes. Je n’ai même pas envie de commencer une nouvelle partie sur ma console. Mon épouse en profite pour me demander de mettre le couvert. Puis, elle me pousse vers les enfants pour les aider à faire leurs devoirs. Je fais tout ce qu’elle demande sans même y réfléchir. Je lui raconte, pendant le repas, les exigences de mon chef. Pour me remonter le moral, elle me prive de dessert afin de commencer un régime immédiatement. Quelle misère !

Ah, le soutien de sa famille !

Nous organisons un conseil de famille. L’heure est grave, ma situation professionnelle est en jeu. Je pensais, benoîtement, qu’ils allaient me soutenir et faire bloc autour de moi. À la place, j’ai dû subir une véritable remise en question. Je ne comprends pas très bien, moi qui suis presque parfait. J’ai le droit à un déluge de compliments : feignant, mal organisé, égocentrique et goulu, je vous en passe et des meilleurs. Bref il est temps que je me reprenne en main et pour ça, comme par magie, ils me concoctent un programme pour que je puisse soi-disant « m’améliorer !» mon épouse vient de lire un livre, « Miracle Morning » de Hal Elrod, qui colle parfaitement à mon problème. Elle me propose de commencer dès le lendemain matin.

Le miracle matinal ?

C’est un truc de dingue, je dois me lever une heure plus vite que d’habitude. Elle sait pourtant que je ne suis pas du matin ! Il faut en plus que je fasse des trucs bizarres. La méditation, les affirmations, la visualisation, la lecture, écrire et faire du sport sont les activités à enchaîner tous les matins. Je pense qu’en réalité elle veut ma mort ! Je mets tout mon savoir en négociation dans la balance, pour réduire cette liste au maximum. J’obtiens de me limiter aux trois premières activités dans un premier temps avec la promesse de faire l’ensemble au bout d’un moment. Ouf, j’ai échappé au sport qui est ma bête noire. Dans quel état vais-je finir ?

De mal en pis

Au bureau le lendemain matin, Clément se jette sur moi. Il a réfléchi toute la nuit pour arriver à la conclusion que nous devons nous serrer les coudes. En tant que grand sportif, il me propose aussitôt des séances de course à pied tous les matins avant d’arriver au bureau. Oh non ! Ce n’est pas possible, ils se liguent tous contre moi pour m’obliger à faire du sport. Cette fois-ci c’est sûr, ma fin est proche. Je suis contraint d’accepter sa proposition et, la mort dans l’âme, nous nous donnons rendez-vous dès le lendemain matin pour un premier galop d’essai. En rentrant ce soir je pourrais dire à mon épouse que l’idée vient de moi et que j’ai trouvé un moyen de compléter la routine matinale qu’elle m’impose.

Un traquenard ?

Je profite de ma pause déjeuner, pour faire un tour et méditer sur ce qui m’arrive. Je déambule dans le quartier et reprends mes esprits. À travers la vitre d’un troquet, je n’en crois pas mes yeux, j’aperçois mon épouse et mon chef qui discutent ensemble. Quel est ce traquenard ? Seraient-ils amants ? Tout ceci ne serait mis en place que pour m’achever ? C’est curieux. Je les observe un moment à la dérobée. Je n’ai pas vraiment le sentiment d’une grande intimité entre eux. Ils sont dans un lieu avec du public, c’est peut-être ce qui les incite à être prudent. Tout l’après-midi, des pensées contradictoires se bousculent dans ma tête. Que dois-je faire ? Je verrais bien comment les choses vont tourner ce soir quand je vais rentrer.

Femme infidèle ?

De retour à la maison, je décide d’adopter une attitude constructive. Je demande à mon épouse ce que je peux faire pour l’aider, je suis prévenant. J’en profite pour égratigner mon chef et j’observe sa réaction. Elle me dit qu’après tout il n’a peut-être pas tort de me mettre au défi. Ce sera pour moi un électrochoc qui va m’aider à sortir de ma médiocrité. Elle y va drôlement fort, ma médiocrité ! Ce ne sont pas des paroles d’une femme aimante. Je me demande ce qu’elle lui trouve, il a au moins 15 ans de plus qu’elle. J’aurais donc des cornes ? J’ai du mal à y croire. Pour vérifier, ce soir je vais tenter le grand jeu. Je vais voir sa réaction mais j’ai intérêt à assurer. C’est ainsi que nous passons toute une nuit d’amour, enfin presque une nuit disons au moins un quart d’heure ce qui n’est pas si mal.

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Tout ça c'est la faute de l'ascenseur

Je remonte la pente

A 5h30 tapantes, le réveil sonne. Je suis dans le brouillard complet. Que se passe-t-il ? La mémoire me revient, je me suis engagé à courir le matin avant le travail. Je ne devais pas être dans mon état normal quand j’ai accepté. Très gentiment, mon épouse m’aide à sortir du lit en me poussant avec ses pieds. Je me retrouve par terre. Elle me demande d’être discret, il lui reste 1h30 avant de se lever ! Je me retrouve comme un zombie devant ma maison. Clément m’attend, il est super enthousiaste. « Pour commencer nous ne courrons que 5 km». Il me faut une heure pour parcourir cette distance et j’attaque ma journée de travail complètement épuisé. Je n’y arriverai jamais.

J’accélère

Clément ne me lâche plus. Déjà, au bout de trois semaines de ce traitement, le lever matinal est beaucoup plus simple. Je sens ma forme qui revient et j’affiche -5 kg au compteur. Les bonnes choses n’arrivent jamais seules, mes ventes et celles de Clément explosent. La lecture du bouquin y est aussi certainement pour quelque chose. Je deviens plus sociable, c’est du moins ce que me dit ma chère et tendre. Un autre effet bénéfique, maintenant je tiens à l’aise deux heures avec elle. Jamais le chef ne pourra rivaliser avec la pêche que j’ai maintenant. À ce propos, je n’ai toujours pas crevé l’abcès avec mon épouse. Pour le moment je continue mon développement personnel, je verrais bien plus tard.

Le triomphe

Le jour de la course arrive. Avec Clément nous formons le meilleur duo de l’entreprise. Les résultats sont sans appel et nous avons même les félicitations du chef. Toute la famille est venue assister à ce triomphe. Je profite d’un moment opportun pour entraîner un peu à l’écart le chef et mon épouse. Et là, je les mets au pied du mur. « Je vous ai vu tous les deux en train de flirter derrière mon dos » Ils se regardent l’air stupéfait.« Mais qu’est-ce que tu racontes Guillaume ? ». « Ne me prenez pas pour un imbécile, je peux même vous dire que vous rencontrez au moins une fois par mois, toujours une jeudi au café de la poste. Que comptez-vous faire ? » 

Les raisons du succès

« Vous avez raison Guillaume, cela fait plusieurs mois que votre épouse et moi-même nous nous rencontrons. Nous constations, tous les deux, que votre attitude se dégradait de plus en plus. Non seulement vous ne vous occupiez plus de votre femme, mais vos résultats au travail devenaient catastrophiques. Il nous fallait agir. C’est pour cela que nous avons mis au point ce stratagème avec l’inscription à cette course obligatoire pour vous remuer et vous obliger à faire du sport. Notre rencontre mensuelle servait à faire le point sur vos progrès et aujourd’hui, je tiens à vous féliciter pour tous les efforts que vous avez entrepris.»

Conclusion

J’ai l’air d’un con ! Après tout, seul le résultat compte ! Je m’excuse platement auprès d’eux et je les remercie pour ce qu’ils ont fait pour moi. Heureusement qu’ils ont attendu tout ce temps pour me le dire. Si j’avais su ce qu’ils tramaient au départ, jamais je n’aurai mis en place ce miracle matinal qui m’a boosté et fait devenir une meilleure version de moi-même.

Je vous encourage donc à lire ce livre ‘Miracle Morning” (en français) dont je parle dans cette histoire afin de changer de vie. Le lien pour trouver le livre est affilié, c’est à dire que si vous l’utilisez pour commander, Amazon me reversera un pourcentage sans changer le prix pour vous. Je vous remercie de me soutenir. Pensez à me laisser un commentaire, cela vous fera faire du sport !

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    4
    Partages
  • 4
  •  

1 Commentaire on "Faire du sport c’est facile !"

  1. S’il y a eu cette fin heureuse, c’est forcément grâce à Clément. C’est normal, quand on est sportif et qu’on aime ça, on a toujours envie de partager sa passion. Merci pour ton commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée


*