A la poursuite de la baleine bleue

Une baleine croisée lors d'une partie de pêche
pour une partie de pêche, une baleine n'est pas forcement l'animal à rencontrer

Tout est prêt pour une partie de pêche

Il fait beau et la mer est calme. Depuis quelques jours déjà, j’attends le moment propice pour emmener mon fils faire une partie de pêche. Aujourd’hui c’est l’idéal, les heures de la marée haute sont fin de matinée. C’est un gros coefficient, 106, le plus important du mois. Donc, je sors Julien de son lit, j’attelle mon bateau derrière mon petit tracteur. Un solide petit déjeuner pour nous deux et nous voilà partis. je suis assez fier de pouvoir sortir mon embarcation que je possède depuis peu. J’ai tout prévu à bord en cas d’incident, des fusées au téléphone portable, la sécurité avant tout. Il faut qu’une partie de pêche reste du plaisir.

Sur l’eau tout est calme, trop calme

Après une mise à l’eau sans aucun souci, nous naviguons vers les Ecrehou, un archipel situé entre la côte ouest de la manche et Jersey. Le but est de s’en rapprocher sans toutefois les aborder. Il y a des hauts fonds et je préfère rester prudent. Nous arrivons sur zone, à mi-route de la côte, je coupe le moteur et commençons à sortir nos cannes. Rapidement nous attrapons quelques maquereaux, bon départ. Au bout d’un moment j’ai même affaire à une seiche suicidaire qui a trouvé le moyen de s’accrocher à une mitraillette. Nous changeons nos lignes pour tâter du bar.

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Nous avons tous besoin d'une purification

Que se passe-t-il ? Allons-nous être attaqués ?

Nous devisons tranquillement quand soudain 2 bouées déboulent à fond sur notre bâbord. Elles rasent notre bateau et continuent leur course. Que se passe-t-il ? Nous décidons d’allumer le moteur et de tenter de les suivre. C’est un cétacé qui s’est coincé (Pas si facile à dire). Julien guette à la proue pour le voir respirer, mais nous n’arrivons pas à le débusquer. Au bout de 10 minutes de poursuite, nous sommes un peu étonnés, il n’est pas remonté à la surface. Nous supposons donc que c’est un gros poisson, l’imagination nous fait visualiser les dents de la mer. Peu probable qu’une bestiole pareille croise dans les parages. Par prudence, nous cessons donc la poursuite. Quelle n’est pas notre surprise quand une autre bouée fonce dans la même direction quelques instants plus tard, suivie de peu par une troisième.

En mer notre devoir est de rester vigilant

Le banc de dauphins farceurs qui s’amuserait à tirer des flotteurs, n’est plus une hypothèse plausible. Nous réalisons soudain que les bouées sont fixes. En réalité, le courant est tellement important sur le secteur, « le passage de la déroute », que nous dérivons à toute vitesse. Notre poursuite hypothétique de mammifères marins ne sert qu’à nous maintenir sur place. Moi qui avais déjà envisagé d’appeler le « groupe d’observation des cétacés du Cotentin » j’aurai eu l’air malin ! Nous rions de notre méprise, cela nous montre qu’en mer il faut toujours rester sur ses gardes. Beaucoup de choses peuvent arriver mais pour un marin, il y a toujours une jolie aventure à raconter.

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Je prendrai bien un kebab sauce samouraï

Ami lecteur, as-tu déjà participé à une sortie en mer qui a généré des surprises par forcement agréables ? Racontes-le moi dans les commentaires.

N’hésite pas à partager cette histoire si tu l’as aimée.

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages
  • 3
  •  
  •  

2 Commentaires on "A la poursuite de la baleine bleue"

  1. Les dents de mer ….. lol mdr en effet j’y aurais pensé aussi

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée


*


Vous êtes libre d'obtenir gratuitement mon livre huit histoires inédites