Le poteau et l’éléphant

Enfant,poteau et éléphant

Une force de la nature

Je me nomme Tarek, je suis un magnifique éléphant d’Asie. Avec Shahid mon cornac, nous passons nos journées en forêt à déraciner des arbres. C’est un travail harassant et, je dois dire, que je suis un des meilleurs pour ce travail. Cela fait maintenant plus de 18 ans que nous formons un tandem. J’ai gagné en technique, je n’ai pas peur de m’attaquer à des arbres atteignant jusqu’à 60 cm de diamètre. Même les bulldozers, qui nous accompagnent de temps en temps, n’arrivent pas à m’égaler.

Je bosse dans les travaux publics

Je suis né dans la jungle, mais je n’ai presque pas connu la liberté. Une expédition m’a capturé alors que je n’avais pas encore un an. Cette épisode reste flou dans ma mémoire. Heureusement, je suis bien traité, du fourrage à volonté et un bain dans la rivière deux fois par semaine. Je reçois parfois quelques coups de bâtons quand Shahid est en colère. J’ai le cuir épais et je ne sens quasiment rien. Parfois cependant, il utilise un crochet en fer et là c’est une toute autre histoire, j’en garde des cicatrices.

Attaché au Poteau

Le soir venu, pour me garder prisonnier, je suis attaché à un poteau. Je rêve parfois de foncer tout droit pour rejoindre la Jungle. Mais c’est impossible et je le sais bien, je suis entravé et que ferais-je tout seul là-bas. J’attends donc le jour suivant pour repartir sur les pistes pour arracher et débarder encore et encore.

Un compagnon de captivité

Et en revenant du travail ce jour là, Shahid m’attache au poteau comme tous les soirs. Un peu plus loin, j’aperçois une cage avec une bête qui s’agite à l’intérieur. Une fois que tout le monde est parti, j’entends une petite voix : « Eh toi le gros lourdaud ! oui toi qui a l’air si fort, viens m’aider à m’enfuir. » «Qui m’interpelle ainsi ?» « C’est moi ! Je suis Rani la mangouste. Vas-tu venir me libérer ? »« Je voudrais bien, mais je ne peux point comme dirait Annie Cordy. Tu vois bien tu es trop loin et je suis attaché. »« Tu plaisantes, ce n’est pas la petite corde attachée à ta patte et reliée à ce poteau enfoncé dans du sable qui peut retenir une force de la nature comme toi ! »

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  La carte mains-libres, une option indispensable

Du repos avant un nouveau labeur

Cette Rani n’y connaît rien. Je sais qu’il m’est impossible de partir. Qu’est-ce qu’elle croit j’ai déjà essayé à maintes reprises. J’ai toujours échoué. À quand remonte ma dernière tentative ? Je ne sais plus. Et puis, il faut que j’arrête de penser à tout ça, cela ne mène à rien. Je préfère dormir. Dans mon songe, je me revois éléphanteau. On vient tout juste de me capturer. Ma mère a disparu, où est-elle ? Autour de moi tous ces hommes qui rient. Je suis déjà costaud et je tente de me frayer un passage.

Prisonnier à vie

Ils sont trop nombreux. Soudain, il y en a un qui arrive à faire un nœud avec une corde autour de ma patte arrière droite. L’autre extrémité est fixé à un énorme poteau. Qu’a cela ne tienne, ! Je vais tout arracher. Alors, je prends mon élan et je me mets à tirer. Je tire, je tire, je tire encore. Pendant plusieurs jours, je tente tout pour me libérer. Au bout d’un long moment, je me rends compte que c’est peine perdue. Je suis maintenant prisonnier à vie.

Tarek est fort

J’ai dû parler en dormant, j’entends Rani qui s’esclaffe: « Alors comme ça tu restes prisonnier depuis toutes ces années, simplement parce que lorsque tu étais éléphanteau on t’a entravé. Si bien qu’aujourd’hui, avec la même corde, tu crois que tu n’est toujours pas capable de l’arracher avec ce poteau ! Quel est ton métier ? Tu te nommes Tarek et tu passes toute ta journée à déraciner des arbres. C’est trop rôle, tu penses vraiment qu’un poteau planté dans le sable peux t’arrêter ? Tu es vraiment trop naïf. En réalité la corde qui te tient est dans ta tête. C’est facile pour toi de vérifier, essaye donc de tirer pour voir. »

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Le dégât des eaux bénites partie 2

le vent de la liberté

Je n’eu aucune difficulté pour entraîner le poteau avec moi. Je libérais Rani et repris ma liberté. J’ai rejoint la jungle où la vie n’est pas facile. Par contre, aucun poteau n’est là pour m’empêcher d’aller où bon me semble. J’ai fait la connaissance de Kajol, une magnifique éléphante avec laquelle je viens d’avoir un bébé. Pendant toutes ces années je suis resté prisonnier d’une croyance limitante. Les hommes ont entré dans ma tête la corde la plus puissante, celle de mon imagination. Et toi qui partage mon aventure, quel est ton poteau dans ta vie ? Qu’est-ce qui t’empêche d’avancer ? Quelles sont les limites que tu t’es imposée ?

Tu penses qu’il y a en toi des freins qui t’empêchent d’avancer ? Je te conseille la lecture de : “La magie de voir grand” de David J Schwartz. Après ma deuxième lecture, je découvre encore des pépites qui me permettent de me libérer de tous mes poteaux . Je t’encourage à me laisser un commentaire sur ce que t’inspire cette histoire.

Ce lien est affilié, c’est à dire que si tu commande par son intermédiaire, Amazon me verse une commission sans changer le prix du livre pour toi.

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    9
    Partages
  • 9
  •  

Soyez le premier à commenter on "Le poteau et l’éléphant"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée


*