Jolotaxi et les codex retrouvés

Codex Jolotaxi
Codex Jolotaxi

Connais-tu les Jolotaxi ? Pour beaucoup d’entre nous, cette période de confinement permet de faire des choses que nous laissons habituellement de côté. Pour ma part, j’ai toujours voulu en savoir plus sur les peuplades amérindiennes d’Amérique centrale et du sud. On connait tous, au moins de nom, les grandes civilisations précolombiennes comme les Mayas, les Incas ou les Aztèques. Mais, en réalité, les conquistadors ont tellement bien réussi leurs projets de conquêtes, qu’il ne reste plus grand chose de ces anciennes cultures par rapport à leurs productions artistiques, notamment aux fameux Codex.

Découvrez les Codex

Les Codex sont des livres peints à la main en couleurs. Leurs superbes illustrations ont un style très fleuri, typique de ces civilisations. La particularité est le pliage en accordéon qui permet d’accéder à n’importe quelle partie du livre facilement, ou de le déplier façon fresque, pour l’apprécier dans sa globalité. Malheureusement, l’action civilisatrice a poussé nos ancêtres européens, surtout les espagnols et les portugais, à détruire ces œuvres impies et païennes. Il n’en reste, face aux centaines de milliers d’exemplaires produits, seulement qu’une trentaine dans le monde. Vous pouvez les trouver facilement en ligne ou en téléchargement gratuit.

Jolotaxi, une civilisation oubliée

Mon enquête, sur ces merveilleux codex, m’a permis de remonter jusqu’à des exemplaires quasi inconnus. Ils proviennent d’une civilisation qui a fait beaucoup moins parler d’elle, du fait de sa moindre importance, la tribu Jolotaxi. Habitants de l’actuel Brésil, leur production de codex est passée plus inaperçue, en effet, bien qu’ils pliaient également en accordéon, le format de leurs livres était beaucoup plus réduit, à peu près celui du papier toilette en feuilles. L’origine de la pratique du PQ en feuille accordéon, vient de là, et donc leurs livres auraient pu disparaître, à cause de cet usage. Mais, heureusement, un noble constipé, pour passer le temps, a cherché à les déchiffrer au lieu de les utiliser. Ils les a trouvé tellement intéressants, qu’il a tout raflé (Eh oui ! Déjà à l’époque, certains aiment stocker le papier pour cet usage)

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Le tremblement de terre à la Guadeloupe

Un témoignage historique

Les descendants de cet érudit Portugais, ont longtemps gardé ce trésor dans leur propriété située dans la région de Porto. Puis, il y a peu, ils ont sorti de l’oubli ces manuscrits. Pour leur plus grand malheur, la civilisation Jolotaxi est tellement peu connue, la preuve, vous n’en aviez certainement jamais entendu parlé avant le marchand d’histoires, que personne n’a pris au sérieux ces documents, dommage pour eux ! Par un concours de circonstances assez incroyable, j’ai pu acquérir l’intégralité de ces codex. Leur étude me prend beaucoup de temps, mais la passion maintenant me dévore. Je décide donc, aujourd’hui, de vous retranscrire une légende Jolotaxi. Je tiens à vous prévenir, le style sort de l’ordinaire, mais je leur dois un rendu aussi fidèle à l’original que possible.

Une légende Jolotaxi

Afin que vous puissiez mieux comprendre l’action, je vais vous présenter les personnages de ce conte. Vanessa dirapa, que nous appellerons simplement Vanessa, la déesse mère de tout ce qui vit sur terre et dans le ciel. Elle préside à l’origine de tous les êtres vivants. Trois de ses enfants animent cette histoire. Toucan del campana, un fils que nous appellerons Toucan. Comme son nom l’indique, il se représente par l’oiseau du même nom. Ara del la villa, un autre fils que nous appellerons Ara, qui lui aussi est représenté par le perroquet éponyme. Pour finir Punctaluna, appelée par ses intimes Puncta ou Pupu pour les très proches. Puncta apparaît sous la forme d’une grenouille arboricole fluorescente.

La dispute

Aux temps lointains, Vanessa engendrait la vie. Tous ses enfants la respectaient et la vénéraient. Un jour cependant, deux de ses rejetons se disputèrent pour montrer leur autorité. Toucan, avec son énorme bec, prétendait qu’il était le plus puissant d’entre tous. Ara, avec son plumage coloré, affirmait que c’était lui l’être le plus important de la création. Les partisans de Toucan del campana traitaient ceux de Ara del la villa de Parisianos tête de bezerro et ces derniers répliquaient avec ploucos de la floresta. Leurs querelles incessantes finissaient par agacer ceux qui ne soutenait ni del campana, ni del la villa. Seule Puncta, se désintéressait de ce conflit fraternel, elle préférait passer son temps sur les branches des arbres pour que tout le monde la remarque.

Jour et nuit

A cette époque, les journées n’étaient pas bien définies, le soleil apparaissait et repartait à sa guise. Pour l’organisation des plannings, tout le monde se plaignait. Vama eut donc une idée pour arranger tout le monde. Elle demanda à Toucan d’enfermer le soleil tous les soir à la même heure dans son énorme bec, afin que le jour puisse prendre fin de manière plus régulière. Ensuite elle demanda à Ara (pas simple à dire) de réveiller Toucan, tous les matin à la même heure, à l’aide de ses plumes, en le chatouillant sous les bras, pour qu’il libère le soleil. Depuis, grâce à Toucan et Ara, nous bénéficions d’une alternance régulière du jour et de la nuit. Du fait de leur nouvelle utilité, ils cessèrent leurs disputes et le monde devint plus calme.

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Pourquoi les éléphants ont une trompe ?

la grenouille fluorescente

Seule Puncta se mit à revendiquer. Elle qui aimait se faire admirer, dès le jour tombé, personne ne pouvait plus la remarquer avec cette nuit noire. Le jour, avec cette luminosité importante, plus question de la distinguer parmi toute la végétation. Pour Vanessa, que sa fille préférée soit triste, lui fendait le cœur. Elle devait lui trouver une utilité pour que son ego puisse se satisfaire de cette nouvelle situation. Comme Puncta était fluorescente, Vanessa eut l’idée de l’expédier dans le ciel aussi haut qu’elle le pu. Dans l’affaire, Punctaluna abandonna le début de son nom, pour devenir simplement Luna. Sa fluorescence lui permit de se faire remarquer facilement pendant le nuit.  le jour, c’est moins simple, mais on ne peut pas tout avoir !

L’héritage Jolotaxi

J’espère que cette légende Jolotaxi, sur la création de l’alternance jour/nuit et de la lune à l’aide d’oiseaux et d’une grenouille, vous a passionné comme moi. Comme je vous le précisait plus haut, j’ai maintenant accès à toute la mythologie de ce peuple oublié. Donc, si vous désirez en savoir plus sur ses coutumes et les aventures des ses dieux, je vous invite à m’écrire. Si de votre côté, vous possédez également des archives sur ce peuple Jolotaxi, je suis prêt à partager les miennes avec vous pour la plus grande gloire de la science et de l’histoire.

Tu aimes cette légende Jolotaxi, écris-le moi dans le commentaire et partage-là avec tes amis pour faire renaître cette civilisation.

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soyez le premier à commenter on "Jolotaxi et les codex retrouvés"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée


*