Une journée sans mon smartphone

Du smartphone au tennis de table
Du smartphone au tennis de table

Cliquez lecture pour l’écouter ou faites un clic droit ici puis cliquez sur télécharger pour le recevoir directement sur votre appareil (par exemple votre smartphone!)

Il y a toujours un contretemps le matin.

Je m’éloigne de la maison, il fait encore nuit. Au volant de mon véhicule à 6h30 du matin, je suis pourtant bien réveillé. Mon attention est attirée par une icône sur mon tableau de bord. Mon smartphone Bluetooth ne se connecte pas. Pour moi qui suis commercial, c’est un outil de travail que je considère comme indispensable. Comment faisait-on avant ? Je ne veux pas le savoir, il faut que je le récupère. Je stoppe donc mon véhicule. Il est encore temps de faire demi-tour, je n’ai parcouru qu’à peine 800 m. Suis-je bête ! Je l’ai mis en mode avion, c’est la raison pour laquelle il reste invisible pour mon auto. Je fouille donc dans mes poches, les retourne, les secoue. Où est-il ?

Un smartphone sait tout faire.

Tous les vendredis, je me rends à une réunion de chefs d’entreprises. Elle se déroule avant la journée de travail. Mon lever et par conséquent avancée de deux heures. J’utilise donc mon smartphone comme de réveil matin parce que je ne veux pas dérégler mon antique radio-réveil qui est un peu compliqué. Je préfère alors le mode non connecté, je ne tiens pas à ce que des ondes malfaisantes m’attaquent pendant mon sommeil donc je bloque les émissions. Ensuite, par discrétion, je l’utilise comme lampe de poche pour respecter les ronflements de mon épouse.

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Le bien-être de l'homme stressé

J’aurai dû mieux m’organiser.

Ce matin je dois en outre préparer mes affaires de tennis de table. Hier soir la flemme m’a attrapé, je me suis dit on verra demain. Mais maintenant c’est demain. Il faut tout préparer sans rien oublier. C’est au radar que j’attrape dans la lingerie le maillot de l’équipe. Où est mon short ? Je fouille un peu il est resté dans mon sac depuis le dernier tour. Je le sniffe, c’est correct l’odeur n’est pas trop répugnante. Ne pas oublier les tennis ! Je fourre le tout dans un cabas. Un petit déjeuner avalé en deux temps trois mouvements et je me glisse au volant de mon véhicule.

Retour au bercail.

Pas pour longtemps, je reviens donc précipitamment à la maison pour tenter de mettre la main sur ce satané engin qui nous tient en laisse. J’arpente la maison dans tous les sens en tentant de reproduire mon parcours. Il me nargue quelque part c’est certain. Rien à faire. Dans ma précipitation, je ne pense même pas à Saint-Antoine qui aurait certainement pu me dépanner. C’est plus que l’heure de partir. Tant pis, je vais devoir m’en passer. C’est donc un peu agacé contre moi-même que je repars.

Utilise tes enseignements.

Je dois positiver. Une conférence à laquelle j’ai assisté il y a quelques temps, avait la solution à ce genre de petit souci. L’animateur affirmait que pour toutes les situations, il en sort obligatoirement quelque chose de constructif. Mais dans le même temps, il complète son argument en précisant qu’il est difficile sur le moment de le déceler. Effectivement, j’ai beau me creuser la tête sur un avantage potentiel, je ne vois rien. D’un autre côté, je ne serai pas dérangé aujourd’hui, c’est peut-être ça.

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Le téléphone portable du grand patron

Une journée détendue.

La journée avance et ce n’est pas la fin du monde comme je l’avais redoute. Je dirais même que je suis plus détendu. Cette bestiole est vraiment trop envahissante et là, elle ne peut rien contre moi. Elle va se venger dès que je mettrai la main dessus. Je prédis au moins quinze appels en absence et six messages, c’est le minimum. Pas de panique, je gérerai.

Finir sa journée avec du sport, rien de meilleur.

J’arrive dans la salle de sport directement en sortant du travail. Nous jouons en déplacement et je dois retrouver le reste de l’équipe sur place. Entre deux, j’ai réussi à joindre mon épouse afin qu’elle entame la recherche du smartphone dans la maison. Avec tout son amour, elle me promet de me le retrouver. Mes partenaires ne sont pas encore arrivés. Cependant, l’équipe adverse est déjà à l’entraînement. Je les salue et rejoins le banc pour me changer afin de ressembler un peu plus à un sportif. J’attrape mon maillot de l’équipe quand.… Il est là ! Sagement enroulé dans mon tee-shirt, exactement où j’avais dû le mettre. Je l’ai donc eu tout le temps avec moi. Tant pis j’attendrai demain pour le rallumer.

Ami lecteur, je sais que toi aussi, il t’est déjà arrivé d’oublier ton smartphone. Cela a-t-il été une bonne expérience ? J’attend tes commentaires et surtout, je compte sur toi pour partager.

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  

4 Commentaires on "Une journée sans mon smartphone"

  1. C’est parfois bénéfique de rester « déconnecté » de temps en temps! On est souvent semblable à un pompier qui éteint un incendie. Une notification, on regarde son téléphone. Un mail, on y répond. Un appel, on décroche … est-ce que on ne pourrait pas prendre le temps de simplement vivre? La messagerie peut très bien prendre les appels quand ce n’est pas urgent! On peut très bien consulter ses e-mails que deux fois par jour! Et les notifications ? Simplement les désactiver. Et oui ce n’est pas bien grave si on ne voit pas la dernière photo de Mamie Gisèle sur Facebook concernant sa fameuse tarte au citron ! 😆

  2. Je comprends”l angoisse” de ne pas avoir son portable, je suis pareil, pourtant j ai longtemps lutté n ai pas cédé immédiatement à la mode du smartphone…

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée


*


Vous êtes libre d'obtenir gratuitement mon livre huit histoires inédites