Promenade au saut de la lézarde

Promenade au saut de la Lézarde
Le saut de la Lézarde mérite vraiment une promenade

Cliquez lecture pour l’écouter ou faites un clic droit ici puis cliquez sur télécharger pour le recevoir directement sur votre appareil

Tu peux découvrir cette histoire avec le texte.

Une promenade sur une île accueillante.

Nous marchons depuis quinze minutes, il fait chaud. Le sentier que nous empruntons n’est pas extraordinaire. Nous sommes obligés d’être attentifs mon épouse et moi car il glisse. La végétation qui nous encercle est luxuriante, nous sommes à la Guadeloupe depuis trois jours pour notre voyage de noces. Nous voulons profiter au maximum des attraits de cette terre française plantée dans les Caraïbes. C’est un dépaysement total et l’accueil qu’on nous réserve est vraiment sympathique. C’est ainsi que nous nous retrouvons à crapahuter sur Basse Terre en direction du saut de la lézarde.

Nos amis nous veulent du bien.

Cette balade nous a été recommandée par des amis qui l’on effectuée il y a quelques années. Sur notre liste des choses à faire et à voir, elle figure en bonne place. Dès l’entrée du chemin j’émets quelques doutes, un panneau nous avertit que c’est une promenade qui n’est pas recommandée par la préfecture. Nos amis ayant été tellement dithyrambiques, nous décidons de nous lancer. Le chemin n’est pas toujours évident, on voit bien qu’il n’est pas vraiment entretenu.

Vingt minutes ce n’est pas long.

Avec le climat tropical, la nature reprend rapidement le dessus. Nous descendons avec quelques glissades et je me dis qu’en fin de compte nous n’allons peut-être pas aller au bout. Au détour du sentier, nous croisons un couple de touristes. Je leur demande si la chute d’eau est encore loin. Comptez encore un quart d’heure à vingt minutes m’affirme-t-il. C’est à notre portée, nous continuons. Le quart d’heure est déjà dépassé et nous commençons à douter quand deux jeunes surgissent à leur tour. Comptez encore un quart d’heure à vingt minutes ! J’ai déjà entendu ça quelque part.

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Une visite à ma grand-mère

Le paradis sur terre.

Nous en avons tant fait dans cette promenade que nous nous disons que ce serait bête de rater. La descente continue. Encore un quart d’heure supplémentaire et un autre couple survient : il ne reste que cinq minutes, cette fois on tient le bon bout. Enfin, nous arrivons à notre destination. Le décor est splendide, nous sommes au milieu de la forêt vierge en pleine nature. Quelques personnes sont là pour profiter avec nous de ce merveilleux paysage.

Attention à ne pas se perdre.

D’ailleurs, un local nous prévient de bien rester sur le chemin pendant le retour. Il y a une bifurcation à droite qu’il ne faut surtout pas prendre si on ne veut pas passer une nuit à la belle étoile. Comme il est cinq heures et que la nuit tombe vite, nous entamons la remontée. Au bout d’un long moment, je ne reconnais plus rien. Un vieux chauffe-eau abandonné que je suis sûr de ne pas avoir vu, trône sur le bord de la piste. On est mal. Nous continuons sans conviction quand, tout à coup nous nous retrouvons nez à nez avec deux personnes qui semblent ravies de nous voir. Nos sauveurs s’exclament-ils, nous sommes perdus ! On est vraiment mal.

Un retour au pas de course.

L’heure avance, nous rebroussons tous vers notre but initial afin de tenter de retrouver le bon chemin. Arrivé sur place une bande de jeunes autochtones s’ébroue joyeusement dans la rivière. Ils décident de repartir. Nous leur expliquons notre souci afin qu’ils puissent nous guider. Ils n’y voient aucun inconvénient mais nous préviennent qu’ils ne nous attendront pas à cause de l’heure avancée. Nous leur collons le train trop heureux de leur présence mais ils foncent. Je leur explique l’endroit où nous avons dû faire demi-tour. « Vous avez bien fait de revenir, vous auriez passé la nuit dans la jungle ».

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Un sauvetage au pas de course

Retour à la civilisation.

C’est ainsi que nous rejoignons notre véhicule juste à la nuit tombante. Le temps de s’installer et de nous remettre de nos émotions, il fait nuit. La Guadeloupe recèle des trésors de beauté, certains sont un peu plus accessibles et mieux indiqués. Pour notre part les émotions engendrées par cette aventure furent évacuées le soir même. Les jeunes mariés comme nous sont toujours pleins d’énergie.

Ami lecteur et auditeur, j’espère que tu apprécié cette promenade. Je suis qu’une mésaventure similaire t’es déjà arrivée. Je t’invite à t’exprimer dans les commentaires pour m’encourager.

Si cette histoire t’as plu, partage là avec tes amis et permet leur de découvrir mes histoires.

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages
  • 3
  •  
  •  

2 Commentaires on "Promenade au saut de la lézarde"

  1. Cette histoire date bien de novembre 2017 ?
    Nous avons fait le saut aujourd’hui avec ma compagne.
    Le chemin est vraiment très abîmé depuis le passage du cyclone je pense.
    De nombreux arbres coupe le chemin et certain endroit sont même innaccessibles.

    Sinon le saut est magnifique , point de vue genial.

    Mais belle déconvenue à notre retour lorsque nous avons découvert que notre véhicule était fracturé ..

    Émotions différentes des votre mais pas des plus génial en fin d’apres Midi

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée


*


Vous êtes libre d'obtenir gratuitement mon livre huit histoires inédites