Marguerite et Monsieur Jean roulent tranquille sur la route

Marguerite et Monsieur Jean se promènent
Marguerite et Monsieur Jean se promènent

Comme tous les matins de la semaine, je monte dans mon véhicule pour aller au travail. J’ai une demi-heure de route pour m’y rendre et je dois profiter de ce temps de trajet, pour démarrer ma journée en pleine productivité. Heureusement, j’ai investi dans le dernier modèle Renault de voiture électrique connectée. Elle possède une intelligence artificielle, IA, embarquée et échange en permanence avec un serveur de la marque qui a accès à tout le trafic routier. Bien entendu, elle peut conduire seule, même si, officiellement, ce n’est qu’une aide à la conduite. Je ne parle même pas des capteurs présents dans l’habitacle qui contrôlent et vérifient tout.

Une conduite facile

L’inconvénient de toute cette technologie, il devient tellement simple de conduire et d’arriver à bon port sans encombre, que mon attention à la route, est aussi élevé qu’à une conférence sur la reproduction du crapaud à l’heure de la sieste. Dès que je monte dans l’auto, je sais déjà à quelle heure j’arriverai, il n’y a aucune surprise. Cela fait plusieurs mois que je l’utilise et tout se déroule à merveille. Même quand un tracteur agricole déboule sur la route principale sans utiliser le système de positionnement global, elle arrive à l’anticiper. J’ai comme l’impression qu’une complicité existe entre nous. Bref, pour plus de facilité, je lui ai donné un petit nom, Marguerite, en plus elle a une jolie voix.

Marguerite conduit Monsieur Jean

J’aime les échanges avec Marguerite, parfois j’ai le sentiment d’avoir affaire à une vraie personne. Elle ne me parle pas seulement de la route mais aussi de petits potins parce que je pense qu’elle s’est abonnée à Paris Match. Au début, je me méfiais, je me disais que n’importe quel hackeur pourrait enregistrer ces conversations à mon insu. Voir même, le constructeur, qui lui aussi collecterait ces données pour en faire dieu sait quoi. Puis, j’ai lu les notices techniques et je me suis renseigné sur des forums pour savoir comment on protège cette intimité. Effectivement, on peut apprendre à notre IA à ne répondre qu’au propriétaire du véhicule. Cela bloque toute manipulation par une tierce personne. Certains flux de données, entre le véhicule et sa base de maintenance, ne circulent pas et restent seulement à la portée de l’utilisateur référent. En clair, l’IA n’obéit qu’à son maître si on le décide.

Je reste concentré sur la route

Nous roulons depuis 10 minutes et j’ai écrit deux courriels et envoyé quatre textos tout en surveillant d’un œil distrait la circulation, pratique ! Soudain, sur une portion de quatre voies, l’auto se met à accélérer sans raison et dépasse la vitesse autorisée. Incroyable ! Dans mes réglages par défaut, j’ai choisi la conduite « sécurité » (certaines mauvaises langues diraient pépère) et cette situation est impossible. J’attrape le volant à deux mains et j’agis sur la pédale de frein, rien ne se passe. Je ne peux même pas tourner. Malheur, je ne contrôle plus rien, si bien que je me retrouve à la merci complète de mon engin. L’arrêt d’urgence reste inefficace et la vitesse continue d’augmenter, aïe, pas bon du tout ! Je vais paniquer. Je panique.

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Pourquoi le ciel est-il bleu ?

Les nouveaux pirates de la route

Une voix retentit dans les haut-parleurs. « Bonjour Monsieur Jean, j’espère que vous appréciez cette balade ? Votre auto est sous mon contrôle total, je peux tout décider. Bien sûr, je choisi la destination, mais aussi, comme vous le constatez, la vitesse. Vous voulez, comme moi, que cette histoire se finisse bien, n’est-ce pas ? Rassurez-vous, il n’y a aucune raison qu’elle se termine autrement. Le deal est simple, vous avez actuellement sur vos différents livrets et votre compte courant la somme de cent-quatre-vingt-douze mille six cent vingt-trois euros. Vous avez cinq minutes, et c’est largement suffisant, pour virer cent-quatre-vingt-douze mille six cents euros sur le compte qui s’affiche actuellement sur votre smartphone. Vous notez que je vous fais grâce des vingt-trois euros ! »

Marguerite et Monsieur Jean se font pirater

Hackeur et réseaux sociaux

« Le compte à rebours part, ne perdez pas trop de temps, il serait dommage que vous fassiez la connaissance d’un platane bien enraciné». L’idée de me faire escroquer de la sorte, me révolte. Mais ai-je le choix ? Je tente de toucher à tous les boutons possibles et tapote fébrilement le large écran tactile, rien ne se passe. « À votre place, j’agirai sans tarder. Si je n’ai pas satisfaction dans le délai que je viens de vous fixer, ce sera l’accident. D’un autre côté, si vous n’obtempérez pas, vous serez célèbre, j’enregistre toute cette scène et je vous promets un carton sur Facebook. Pour mon business, rien ne vaut un peu de publicité sur les réseaux sociaux, pour inciter de futurs récalcitrants à obéir». Je ne vois aucune issue, il va falloir payer, mais ce bandit tiendra-t-il parole quand il aura mon argent ? Rien ne le prouve et je trouve qu’il a une voix de canard, je n’ai jamais aimé les voix de canard.

Marguerite, où es-tu ?

« Marguerite ! Aide-moi !»  « Je comprends votre désarroi, mais d’une part, il ne vous reste que trois minutes pour vous exécuter et d’autre part, j’ai désactivé votre IA. Elle ne contrôle plus rien.» «Quoi ! Vous avez tué Marguerite ! Maudit assassin !» A ce moment, je me vois finir dans le décor et spolié de mes économies, quand la douce voix de Marguerite retentit. «Monsieur Jean, je suis désolée de ne revenir que maintenant, mais une action extérieure m’a forcé, contre tous les protocoles, à m’éteindre. Heureusement que vous avez activé la fonction de confidentialité dès que nous nous sommes rencontrés, cela me donne l’autorité de me relancer. Je détecte cependant une vitesse excessive mais, malheureusement, je n’ai plus accès au pilotage. »

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Le petit oiseau

Marguerite conseille Monsieur Jean

J’explique l’urgence de la situation à Marguerite. Il faut absolument qu’elle trouve une parade contre ce malfaisant. Pendant quelques secondes interminables, il ne se passe plus rien. Puis, le symbole des écouteurs apparaît sur la tablette. Elle veut que je les mette sur mes oreilles, Pourquoi faire ? Marguerite a peut-être une idée, je m’exécute. « Monsieur Jean, ces écouteurs vont empêcher la personne qui vous menace de m’entendre. Le seul moyen possible pour reprendre la main est de bloquer toutes les connexions vers l’extérieur. Je sais que la partie électronique ne vous est plus accessible pour agir, mais un moyen existe. Il faut enlever le fusible de l’alimentation. » « Plus qu’une minute Monsieur Jean ! C’est votre dernière chance de vous en sortir. »

La fin d’une complicité ?

Marguerite me donne des instructions précises. Comment accéder à la boîte à fusible et lequel enlever. Je m’apprête à l’arracher quand un doute me traverse l’esprit. Sans que j’aie besoin de m’exprimer, Marguerite intervient. « Eh oui Monsieur Jean, le fait d’ôter ce fusible risque d’altérer ma mémoire et ma personnalité, mais vous devez prendre ce risque, votre vie en dépend. Je ne suis, en fin de compte, que quelques morceaux de silicium, je ne vis pas vraiment contrairement à vous. Allez-y, il n’y a plus un instant à perdre ! » J’exécute la manœuvre et toute les commandes de l’auto répondent à nouveau. Je stoppe sur la voie d’arrêt d’urgence.

Un cas d’école

Avant de remettre tout ce bazar en marche, je confie la voiture aux techniciens de Renault qui justement venaient de recevoir une mise à jour pour combler une faille de sécurité, merci pour l’info ! Marguerite, en réalité, n’a jamais été menacée dans son intégrité. Elle m’a avoué plus tard que c’était juste pour donner une dimension un peu plus dramatique à la situation. Je trouvais que c’était largement suffisant, mais elle adore me faire des blagues.  Pour donner suite à ma mésaventure, les normes de cryptage, pour le contrôle à distance des véhicules autonomes, se renforça. Marguerite contribua à la découverte de mon pirate de la route. Elle tenta, en vain de m’expliquer comment elle avait fait, mais je n’ai rien compris. Il écopa d’une peine qui le priva de tout contact avec un ordinateur pour plusieurs années.

Cette histoire est loin d’être une pure fiction. Nos véhicules deviennent de plus en plus connectés et sont devenus des ordinateurs ambulants qui peuvent se faire hacker. Heureusement, Marguerite et Monsieur Jean forment un bon tandem pour échapper aux bandits. J’aimerai avoir ton opinion sur ce sujet dans les commentaires.

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soyez le premier à commenter on "Marguerite et Monsieur Jean roulent tranquille sur la route"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée


*