Le Mont-Saint-Michel et la disparition du retable

Mont-Saint-Michel l'enquête
Mont-Saint-Michel l'enquête

Vous trouverez dans cette histoire, des mots en gras-italique. Je me suis lancé le défi d’écrire en incorporant tous les mots d’une grille de mots fléchés. Le Mont-Saint-Michel m’a inspiré et voici le résultat.

Comme chaque matin, frère Jean, le moine intendant de l’abbaye du Mont-Saint-Michel, se rend sur le parvis en terrasse qui domine une partie de la baie. Sept heures, personne n’a encore envahi les ruelles de ce haut lieu touristique. Il contemple le Couesnon, la rivière qui est sensée séparer la Bretagne de la Normandie. Un engin de chantier, au loin, apporte un léger bruit. Le brouhaha quotidien n’arrivera qu’à partir de neuf heures et là, beaucoup de nationalités différentes se croiseront dans les ruelles. Habituellement, les chinois dominent le pavé, mais, dans cette période de post confinement, ils restent cloîtrés dans leur pays. Seules les boules de neige avec le Mont-Saint-Michel en miniature et autres hits pour visiteurs, représentent cette contrée.

Moines et Mont-Saint-Michel

Les membres de la congrégation ont une particularité dans cette période hipster, ils sont tous imberbes. Notamment frère Jean, n’a plus un poil sur le caillou, impossible pour lui de tourner dans la prochaine pub du Chaussée aux moines. Cette réflexion lui vient à cause de Frère Thomas qui revient d’un casting pour tourner cette publicité. Les autres moines aiment blaguer à ce sujet : “bientôt, nous serons obligés de manger du pop-corn quand nous irons voir frère Thomas faire du cinéma ! c’est curieux, il est plutôt asocial, les producteurs auraient besoin d’un lunetier.”

La disparition

Le sourire aux lèvres, frère Jean se dirige vers les galeries en forme de rotondes. Des toiles et autres tableaux constituent une partie des œuvres d’art exposées aux visiteurs. Quelque chose d’inhabituel l’interpelle soudain. Il décide de faire demi-tour et là, stupéfaction, Un retable d’une valeur inestimable a disparu. Il ne reste que la trace au mur qu’encadre un Christ couvert de suie. Aussitôt, il court prévenir frère Hippolyte, le grand chef, et lui raconte en détails ce qui vient d’arriver. Les premières navettes déversent leurs flots de visiteurs, les gendarmes doivent déjà patrouiller, il faut les prévenir.

L’enquête de Frère Jean démarre

Manque de chance, la brigade de recherche de Saint-Lô, dont dépend le Mont-Saint-Michel, travaille déjà sur plusieurs affaires importantes. Ils planchent, notamment, sur un trafic de dents de narval et cela repousse leur intervention. Tant pis, Frère Jean prend les choses en main et il fait le pari, auprès de Frère Hippolyte, qu’il va résoudre l’affaire en toute discrétion. En réalité, Frère Jean participe depuis peu à la vie monastique, Il vient de quitter la police où il menait des enquêtes. Un gros bug qui mettait sa santé en péril le convainc de prendre du recul. Au milieu de cette ambiance reposante, il peut se ressourcer. Malgré tout, cette enquête lui permet de retourner vers l’action.

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Une salle de classe bien éclairée

Une coopération internationale

Pour l’aider dans sa tâche, il compte sur un de ses anciens amis qui doit justement lui rendre visite aujourd’hui. John, il vient des USA, membre de la CIA, il l’a rencontré à Iéna où, ensemble, ils ont démantelé un réseau de trafiquants d’antiquités égyptiennes. Il l’épaula durant toute l’enquête. Son implication était telle qu’il se rendit sur place en payant de ses propres deniers. Une statue d’Anubis, de toute beauté, échappa a une collection privée pour rejoindre le musée qu’elle n’aurait jamais du quitter. Ses collègues, à son retour pour lui rendre hommage, lui ont fait une ola.

La chasse aux indices

Avec son ami, Frère Jean inspecte les lieux du forfait, les maigres indices n’augurent pas vraiment une résolution rapide sauf coup de chance. Ils utilisent une bande adhésive pour tenter de récupérer des empreintes. Peine perdue, ils s’aperçoivent que les murs sont couverts de traces, les visiteurs ne doivent pas respecter les consignes de ne rien toucher. Ils passent le reste de la journée à questionner les moines et les personnes ayant accès à cette pièce, sans résultat tangible. Frère Jean régla le protocole à suivre avec l’enquêteur américain et se séparèrent pour se donner rendez-vous dans une semaine, afin de faire le point ensemble.

la piste anglaise

Frère Jean active ses anciens réseaux. Lui l’ancien as de l’investigation, ne va pas rester comme un nul devant une simple affaire comme celle-ci ! De plus au sein même de sa congrégation ! Un indicateur Maori, lui parle d’une filière anglaise où Sir Wellington, un marchand d’art bien connu, aurait des commandes d’art sacré. Quand on connaît sa réputation de rosse qui lui colle aux fesses, il y aurait bien à creuser de ce côté-là. Il récupère un CD avec le catalogue des œuvres proposées à la vente. Le rédactionnel laisse à désirer, même la SPA présente mieux les animaux à adopter, mais rien ne ressemble au retable. Il doit continuer sa quête ce qui est la moindre des choses pour un homme d’église.

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Le chou-fleur forever

La piste américaine

Au bout d’une semaine, il contacte John qui lui parle d’une secte bizarre qui vénère un lare, dieu domestique protecteur du foyer, affublés d’une obi. Pour accomplir leur foi, ils ont déjà dérobé plusieurs retables. Leur but ultime n’est pas une chose aisée, ils veulent rebâtir l’antique cité d’Ur. Ils recherchent l’élu qui va les guider vers ce projet insensé. Ils sont veules et misogynes et ne reculent devant rien pour accomplir leur tâche. L’inconvénient, protégés par la loi Américaine sur la liberté d’expression, on ne peut rien tenter de direct contre eux. Mais John va tenter un “lob” et se servir du fisc pour les atteindre.

La piste aux étoiles

Frère Jean continue de son côté, mais il n’abouti qu’a des impasses. Pour lui changer les idées, Frère Hippolyte ose lui proposer, exceptionnellement, une petite séance de télévision. Frère Thomas passe, pour la première fois, dans la pub du chaussée aux moines pour laquelle il a été retenu. Tous attendent, devant l’écran, la page de publicité. Le spot arrive. Frère Jean reste bouche bée sur son séant. Là, sur l’écran de télévision, le retable, il sert de décor au film ! Frère Thomas tient un pichet de vin par l’anse et déclame un “Chaussée aux moines” du laurier sur sa tête et froisse l’emballage.

Frère Jean a relevé le défi du Mont

Le mystère est résolu, le retable restitué à la congrégation du Mont-Saint-Michel. Les producteurs étaient ravi de l’authenticité de cette oeuvre, ce qui ajoutait encore plus de réalisme au film. Frère Thomas mûrit son projet de détournement depuis le premier jour du casting, il s’en servit pour avoir le rôle. Ce sont ses brus qui l’ont poussé vers ce vol. C’est justement à cause d’elles qu’il a atterri dans les ordres, elles sont bornées et lui ont mené une vie d’enfer. Malheureusement pour Frère Thomas elles gardent toujours une emprise sur lui, na ! Et c’est pour briller à leurs yeux qu’il a voulu faire l’acteur. Eta. Id. Nc.

grille du Mont-Saint-Michel

Voici un défi de relevé ! Je ne sais pas pourquoi l’action se situe au Mont-Saint-Michel, mais ce doit être le retable qui m’a inspiré. Que penses-tu de ce défi ? Dois-je le renouveler ? Je te remercie pour tes commentaires.

Mots fléchés du Mont-Saint-Michel
Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soyez le premier à commenter on "Le Mont-Saint-Michel et la disparition du retable"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée


*