J’ai inventé un jeu

j'ai inventé un jeu
j'ai inventé un jeu

J’ai inventé un jeu un peu limite, mais, il m’amuse. Et donc, pour y jouer, il faut simplement aimer voyager sans avoir un but précis. Tu te laisses porter par les événements et tu t’adaptes à la situation qui se présente à toi. Ainsi, tu découvres les différentes régions françaises et tu peux comparer le degré d’évolution de chacune. Il y a, bien entendu, quelques risques, sinon ce ne serait pas rigolo, mais, pour faire une omelette, il faut prendre les œufs à la poule.

J’ai inventé un jeu

Plutôt que de te faire des tas d’explications, je te raconte ma journée, comme ça, tu vas connaître les règles de ce divertissement. Pour commencer, je fini mon repas dans un restaurant de quartier sur Granville dans la Manche. L’ambiance est conviviale, presque tout le monde semble se connaître. Pour ma part, c’est la première fois que je mets les pieds dans ce patelin, le décor avec ce bord de mer, assez sympa, tranche radicalement avec celui que je côtoie habituellement dans la banlieue Parisienne.

On commence au restaurant

Mon plat du jour avalé, je paie cet agréable repas et me dirige vers les porte-manteaux. Une habitude qui n’existe que chez les ploucs, accrocher sa veste près de l’entrée, mélangée avec toutes les autres. Je tâte vite fait les différentes poches pour trouver le bon vêtement, celui qui permettra de poursuivre mon jeu. Bingo, cet imper correspond pile poil à ma recherche, parce que je détecte des clés de voiture. Il n’est pas très beau, le gars va gagner au change contre celui que je lui laisse, mais tant pis, il faut savoir faire des sacrifices.

Je lance les dés

Et hop, je sors rapidement du resto, avant que le propriétaire de cette fripe se rende compte de ce qui lui arrive. Aussitôt, je dégaine les clés et appuie sur le bouton de déverrouillage automatique. J’observe attentivement autour de moi, pour voir quelle auto va me signaler sa présence. Manque de bol, elle se trouve juste devant la vitrine, je n’ai pas de temps de tergiverser. Alors, je prends le volant et lance le moteur dans la foulée. Un coup d’œil vers la vitrine, je vois un client se lever et agiter les bras. Je lui fais un signe amical avec le majeur de ma main gauche et me voilà parti.

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Un sportif a le droit à sa deuxième chance

Bonne pioche

Coup de bol pour cette étape de mon jeu, le véhicule que je viens d’emprunter présente un maximum d’options dont les sièges en cuir. La radio ressemble à une chaîne Hi-fi et une énorme tablette permet d’accéder à tout un tas de fonction. Vu le niveau du réservoir, j’ai de quoi me promener un bon moment. Pour éviter de rencontrer les hommes en bleu, je ne voyage jamais en ligne droite et j’aime faire des détours. Comme je te le disais au départ, on peut découvrir ainsi le territoire national.

Attention aux gages

Que se passe-t-il ? La vitesse chute et un message m’indiquant de me garer au plus vite apparaît. Je n’ai plus aucune puissance, je vais déjà être obligé de m’arrêter, après seulement 20 km. Un message apparaît. Il signale le véhicule neutralisé suite à un vol. Il m’enjoins de rester à l’intérieur, le temps que les forces de l’ordre puissent intervenir, car le système de géolocalisation les guide jusqu’ici. Moi qui pensait avoir affaire à des cul-terreux avec des charrettes du moyen-âge, je n’avais encore jamais vu ça. S’ils pensent que je vais rester figé là, comme rat devant un serpent, à les attendre ! Un changement rapide d’auto s’impose.

j’ai inventé un jeu où tout est permis

Devant l’urgence, ma méthode change. J’avise une jeune femme au volant d’une petite voiture. Je me mets carrément au milieu de la route et, avant qu’elle ne puisse réagir, je la sors de son siège et la jette dans le fossé. Aussitôt, je prends sa place et démarre en trombe. Je m’éloigne au plus vite, toujours avec la même technique du détour. Cette nouvelle caisse est vraiment pourrie, en plus le réservoir est quasiment vide, je ne vais pas aller loin. Pour passer inaperçu, Je rejoins Coutances et j’abandonne cette épave sur le parking d’un supermarché.

J’ai plus envie de jouer

Cette étape Normande de mon jeu ne se déroule pas comme d’habitude. Je suis à pied dans un patelin loin de tout, je ne peux rester là comme un imbécile ! Bon, je décide d’attendre la nuit pour me procurer une nouvelle monture. Je fais donc un peu de repérage en attendant, ça ne devrait pas poser de problème, je ne vais quand même pas choisir une bagnole ultra connectée. Parfait, j’aperçois un garage qui n’est même pas attenant à sa maison, du gâteau !

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Commercial, un métier facile

Je tente un joker

22h, les proprios doivent s’abrutir devant la télé à cette heure, je passe donc à l’action. J’enjambe facilement la grille extérieure et je force la porte de service du garage. Wouah ! Il y a deux voitures à l’intérieur, un énorme Kia et un vieux Picasso. Même si je préférerai prendre le gros 4×4, je préfère me rabattre sur le tacot, plus facile à emprunter. Mon expérience du midi m’a guéri des véhicules trop modernes. Ils sont vraiment naïfs ! La clé est restée sur le contact ! Trop simple. Pas le temps d’ouvrir la porte, je fonce.

Mauvaise pioche

J’en ai mare de promener dans la cambrousse à jouer les touriste. Tant pis pour mon jeu, direction Paris. Comme à mon habitude, je décris une boucle vers le sud pour brouiller les pistes. Que se passe-t-il ? Il semble qu’il y ait de l’activité là-bas au milieu de la route ! Merde les flics ! ils ne peuvent pas être là pour moi, je vais la jouer fine. Ils jettent une herse dans le milieu de la route, en fait il m’attendent. Je ne suis pas du genre à me laisser attraper sans rien faire, je fonce. Sur le trottoir, il y a un passage, ils ont eu tort de le laisser, ils ne vont pas m’avoir. Pourquoi il reste devant cet abruti ? s’il croit que ça va m’arrêter !

J’ai inventé un jeu qui peut mal finir

J’écrase le flic qui tente de me stopper. Il roule sur le capot et tape la tête sur le pare-brise avant de finir éjecté sur le côté. Je devais m’y attendre, juste après, ils me mitraillent. La vitre arrière explose et ils réussissent à crever 1 pneu. En fait le Picasso, ça tient bien, je peux toujours rouler même si je sens bien que je perds de l’adhérence. Je dois au plus vite larguer cette bagnole et me fondre dans la nature. Si vous voulez la suite, lisez le journal ! 1er article et 2ème article. J’arrête de jouer !

J’ai inventé un jeu et il ne faut surtout pas y jouer, tu vois les conséquences. Si tu as aimé cette histoire, je t’encourage à la faire connaître par un partage et un commentaire.

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soyez le premier à commenter on "J’ai inventé un jeu"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée


*