Après l’heure, ce n’est plus l’heure

l'heure de snapchat

A l’heure Normande

J’ai toujours pris ma vie en main. Je ne laisse personne décider à ma place, cependant aujourd’hui, je suis dans une position périlleuse. Je sais que je dois l’appeler mais je n’en ai pas envie. Pour passer mon week-end peinarde, Portbail constitue un endroit rêvé. Une jolie plage de sable fin avec des dunes accueille la fille stressée que je suis. Sous le soleil Normand, pour une fois il fait vingt-huit degrés, pas vraiment la moyenne du coin. J’en profite pour ressortir le maillot de bain le plus rikiki que je puisse trouver dans ma garde-robe et je file me baigner, ma dead-line n’est que dans deux heures d’après l’horloge de mon mobile.

Snapchat, un média social ?

Ce moment de détente me fait un bien fou, j’en oublierai presque ma cascade d’ennuis. Pour commencer, moi qui suis plutôt conviviale et déteste me retrouver seule, personne n’est là pour partager les joies de la mer. Qui va me frotter le dos sous la douche ? Tout ça, c’est la faute de José, c’est lui qui m’a envoyé ce Snapchat où j’ai clairement reconnu mon Julien en train de bécoter une espèce de blondasse moche, en réalité, une sublime inconnue à l’allure slave. Pourquoi José m’a-t-il mis dans la liste de diffusion ? Est-ce une erreur ou au contraire un message clair à mon attention.

Coupe du monde et poupées russes

Ce voyage en Russie entre garçons, pour aller voir un match de foot de la coupe du monde, n’augurait rien de bon. J’ai tenté de m’y opposer, en vain. Personnellement, je ne trouve aucun intérêt à ce sport. Entre les coupes de cheveux ridicules des joueurs que tout le monde copie et les sommes folles que les équipes sont prêtes à payer pour les voir courir, je ne comprends rien à cet engouement. Ce fut justement le principal argument pour m’écarter de cette escapade. Mon passeport de toute manière est périmé et j’ai bien compris que je n’étais pas la bienvenue dans ce groupe de supporters.

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Première rencontre avec Angélique

Merci aux amis !

Dès son retour, je l’ai sommé de s’expliquer. Il fut tout étonné de mon attitude et d’après lui, j’ai mal interprété ce que j’ai vu. Effectivement, il se rappelle de l’évènement mais ce n’était qu’un innocent bisou « à la russe ». Si j’avais regardé attentivement la photo, je n’en aurais jamais tiré de conclusion si hâtive. L’inconvénient de Snapchat est que les photos disparaissent. On peut les recharger une fois et puis terminé, elles s’envolent. José assume complètement son geste, il ne voit pas où est le mal, « tu n’étais pas là pour voir l’ambiance ». C’est justement ce que je leur reproche, je n’étais pas là.

Dois-je céder à l’ultimatum ?

Maintenant, je passe pour une chieuse et une jalouse, c’est le monde à l’envers ! Direction donc la Normandie pour retrouver un peu d’air. Julien avant de partir a tenté de me donner une leçon de morale, on aura tout vu. C’est moi qui suis en train de détruire ce que nous avons construit ! J’ai donc jusqu’à 18H pour le rappeler, sans quoi tout est fini entre nous. Mon intention première est de laisser filer l’heure… Le bain, le soleil, ces moments de calme, je commence à me raisonner. Je suis trop impulsive. Je ne vais pas céder si facilement, je le laisse mariner jusqu’au dernier moment, j’appellerai à moins cinq.

Vivre à l’heure européenne

Il est temps. Je suis complètement détendue et ce serait dommage de briser notre amour sur une photo que je n’ai pas bien regardée. Je m’apprête à composer le numéro. Sur mon téléphone, il apparaît en haut à la place du mot orange habituel, les lettres JT. Qu’est-ce que cela signifie ? Je suis sur l’international ! Ce n’est pas l’émetteur orange que je capte mais Jersey. L’île anglo-normande est juste en face, elle arrose généreusement la côte avec son relais téléphonique. Ce n’est pas la première fois que ça m’arrive, c’est même régulier ici. Un doute m’envahi, je vérifie l’heure sur la pendule de la maison. Une heure de décalage avec mon téléphone qui affiche celle de Jersey. Il est en réalité 19h. Après l’heure, ce n’est plus l’heure, le destin a pris la décision pour moi, je m’y plie et range mon mobile.

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soyez le premier à commenter on "Après l’heure, ce n’est plus l’heure"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée


*


Vous êtes libre d'obtenir gratuitement mon livre huit histoires inédites