Mon Chef minceur à domicile

Mon chef minceur à domicile

Mon Chef minceur à domicile

En matière de régime, j’ai tout essayé. Depuis les gélules brûle-graisse à l’ananas, en passant par Montignac, sans oublier weightwatchers. A eux tous, ils ont surtout permis d’alléger mon porte-monnaie. Ce n’est pourtant pas le principal effet recherché. Même si je me doute bien que je dois investir pour arriver à quelque chose, mais jusqu’à présent je n’ai constaté aucun effet durable. Bien entendu, à chaque fois quelques kilos sont partis voir ailleurs si j’y suis. Le problème c’est qu’ils sont tous revenus avec des copains. Ce yo-yo permanent n’est pas recommandé pour la santé et à mon âge, soixante-douze ans, je dois agir, mes genoux commencent à coincer, bientôt les prothèses !

Où sont les hommes, les vrais ?

Quand on est une veuve comme moi, les bons coups se raréfient. Pour garder un maximum de chance de plaire lors des après-midis dansants, il faut soigner son apparence. La compétition est rude, il y a en moyenne trois femmes pour un homme. Le choix ne nous appartient plus maintenant. Le pire ce sont ces jeunettes de soixante-cinq ans à peine, elles prennent les plus beaux spécimens. Je dois me contenter du deuxième, voir troisième choix quand il en reste. Je me demande parfois si je ne devrais pas devenir lesbienne, je n’ai jamais essayé, c’est peut-être un tort. Les habitudes ont la vie dure et pour le moment je n’ai pas envie de virer ma cuti.

Vu à le télé

Depuis plusieurs mois, les médias nous matraquent d’une nouvelle formule de régime : “Mon Chef minceur à domicile”. Comme son nom l’indique, c’est une société qui livre des repas minceur chez vous. Je me dis, c’est formidable, non seulement on maigrit, mais par dessus le marché, plus de cuisine à faire. C’est trop beau pour être vrai. Malgré ces belles promesses, je sens que ce sera toujours le même qui perdra : mon portefeuille. J’essaie donc d’oublier cette formule. C’est sans compter leurs investissements publicitaires colossaux. Le Saint Graal des arguments arrive : “vu à la télé”. Je résiste encore, puis, juste après m’être fait souffler un octogénaire poussiéreux, je plonge.

Mais oui ! une semaine gratuite !

Comme je suis une femme moderne qui vit avec son temps, je commande par le biais du site internet. Ils annoncent partout que la première semaine est gratuite. Je vais pouvoir tester la formule en protégeant mes finances cette fois-ci. Ils sont malins, pour avoir le droit à l’essai, tu dois auparavant commander et payer la formule à quatre semaines de repas. Si au bout de ton essai tu n’es pas contente, tu dois renvoyer le tout à tes frais et seulement après, ils te remboursent. Je flaire le truc pas net. Bon, après tout c’est de bonne guerre, leur but est certainement de freiner des petits malins qui voudraient seulement commander la semaine gratuite et recommencer.

Je vais pouvoir redevenir un sex-symbol

Le transporteur est là avec mon colis. Je ne le trouve pas si imposant, les quatre semaines de repas ne prennent pas autant de place que ça. J’ouvre le paquet. Depuis toute petite, j’ai toujours adoré ouvrir les cadeaux. Là, je suis servie, chaque repas est emballé individuellement, plein de cadeaux à ouvrir ! Ils m’ont promis 6 kilos en un mois. Je sais par expérience des régimes que les premiers s’envolent rapidement. Les suivants sont généralement plus tenaces. En une semaine d’essai, je mise donc sur deux kilos. A moi bientôt les septuagénaires sportifs, je suis hyper motivée.

Hum, c’est bon ! et j’y crois !

J’attaque dès le lendemain matin avec leur petit déjeuner phare, le muesli savoureux. Je prends conscience que toutes les personnes n’emploient pas le même mot pour dire la même chose. C’est un des fléaux de notre société. Comme on ne  se comprends pas, cela génère de l’incompréhension, puis de la violence. Mon Chef minceur à domicile emploie des termes que je n’aurai, pour ma part, jamais employé. le mot savoureux pour ce muesli n’est pas le plus adapté. Il est lui-même au régime. Je sors ma balance de précision, il ne pèse que soixante-quatre grammes pour cent annoncés. Ils doivent compter également le poids de l’emballage. Comment vais-je tenir jusqu’à midi ?

Des bons petits plats cuisinés avec amour

Enfin, l’heure du déjeuner. Pour connaître le menu, c’est facile, tout est étiqueté, il n’y a qu’à suivre. Je vais avoir droit à un bœuf en daube ! j’en salive d’avance. La boite ne me semble pas très grosse. Je verse la préparation dans une assiette et j’enfourne le tout dans mon micro-onde. Je contemple le spectacle. Ce sont cinq micro-carottes et deux micro-patates qui surnagent dans un bain de sauce avec une micro-bouchée de viande. Je dégaine à nouveau ma balance de précision : dix-sept grammes ! Avec de telles portions, ils peuvent nourrir la population française entière avec un seul animal, c’est économique mais pour remplir l’estomac, on a connu mieux.

quelques points communs

Je n’ai même pas envie de vous parler du dîner. La soupe avait un fort lien de parenté avec la sauce du plat du midi, limite clone. Passons directement au deuxième déjeuner, le chili con carné. La boite est de la même dimension que la veille. Je renouvelle l’opération est observe l’assiette. Les pois rouges se baignent fièrement dans une sauce qui me rappelle furieusement la soupe et la daube. Il n’y a plus aucun doute, c’est la même préparation avec d’infimes variations qui permettent de changer un peu la couleur. Ma balance est là pour peser la viande, mais, oh surprise, je n’en trouve aucune trace. Je mange donc un chili sin carné. C’est une première, je suis certaine qu’aucun livre de recettes ne mentionne ce plat.

Mon Chef minceur à domicile

La semaine touche à sa fin. J’ai donc mangé à tous les repas la même sauce avec des noms différents. J’eu le droit à un curry de veau, une carbonnade flamande, du poulet façon bourguignon, une blanquette de porc et un coq au vin. Toutes ces spécialités ayant un goût quasi identique. L’heure du bilan est là. Je monte sur mon pèse-personne pour apprécier le résultat d’une semaine de diète en sauce. Quoi ! Tout ça pour moins de deux cent grammes ! Il n’est pas question que je continue. J’appelle donc ma coach. Eh oui, je ne vous l’ai pas précisé, mais chez Mon Chef minceur à domicile, une coach en nutrition est fournie. Bon on a le droit qu’à un appel par semaine, mais c’est déjà bien. Je lui signifie mon mécontentement et lui annonce que je vais renoncer et lui renvoyer sa camelote.

Je me encore faite avoir

Elle est maline, soit disant que les effets de leurs mixtures sont visibles de façon spectaculaire à partir de la deuxième semaine. Elle m’encourage donc à tester sept jours de plus. Lors de ma dernière sortie en danse de salon, j’ai remarqué un bel homme avec une jolie paire de moustaches. Si je veux avoir une chance de l’attirer, je dois persévérer. Je m’engage donc, la mort dans l’âme, vers cette semaine supplémentaire. Trois cents grammes en moins, soit à peine un demi-kilo en quinze jours. Ils se sont bien moqués de moi, je rappelle donc ma coach et cette fois-ci, je ne me laisse pas faire. “Seule la première semaine est gratuite Madame, vous avez entamé la deuxième, il n’y a plus de retour possible, vous ne pouvez plus vous faire rembourser.” Saperlipopette !  Il va falloir que je trouve une autre solution pour chasser le mâle.

Ami lecteur, bien entendu, Mon Chef minceur à domicile est une marque fictive. Toute ressemblance avec une autre marque qui propose un service similaire en faisant de la pub télé, radio et j’en passe est fortuite. Tu as toi-même essayé ce genre de produit ? Écris-moi un commentaire pour partager avec les lecteurs.

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages
  • 6
  •  
  •  

Soyez le premier à commenter on "Mon Chef minceur à domicile"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée


*


Vous êtes libre d'obtenir gratuitement mon livre huit histoires inédites