Jument de Michao et footing matinal

La pleine lune et jument de Michao
La jument de Michao sous la pleine lune

Je ne dors plus

Enfin, peut-être pas… Quelles heure peut-il bien être ? Je me retourne dans mon lit depuis dix bonnes minutes au moins. J’ai la bouche sèche et pire que tout, une envie de faire pipi ! Je connais la responsable de cette situation, cette bière bue hier soir avec la pizza devant la télé ! Je vais être obligé de passer à l’action. Bien au chaud sous la couette, devoir se lever pour ça, est toujours agaçant, mais le soulagement qui suit, vaut bien ce désagrément passager. Je lance mes pieds hors du lit.

Pipi

A tâtons, pour éviter de réveiller ma conjointe, je me dirige sans bruit, vers les toilettes. L’horloge de la salle de bain indique 4h44 ! Je sais par expérience que le sommeil ne reviendra pas avant au minimum une heure. Heureusement nous sommes samedi matin et le weekend commence, j’ai le temps. J’en profite pour me désaltérer et hop, retour dans mon lit douillet.

La jument de Michao

L’horreur arrive à ce moment précis : La jument de Michao et son petit poulain ont passé dans le pré et mangé tout le foin ! Cette chanson du folklore Breton me vient à l’esprit et plus moyen de m’en débarrasser ! La veille, je l’ai entendue à la radio et, comme un imbécile, je l’ai reprise à tue-tête seul dans mon auto. Sur le moment, j’en suis sorti détendu, mais l’air a commencé à s’insinuer dans mon esprit. Mon rendez-vous suivant eut vite fait de me saturer les neurones et la jument de Michao rentra docilement dans son écurie.

Je suis fou !

L’avantage de cette chanson, elle peut durer sur des années et, au bout de dix ans, j’en ai vraiment assez d’entendre le loup et le renard chanter ! Un seule solution, me lever et aller faire un footing matinal. Mais non, je ne suis pas fou, courir à cinq heures du matin alors qu’il fait nuit, n’est pas un signe de la folie, mais simplement une façon de démarrer la journée du bon pied. Rassurez-vous, il y a quelques mois encore, je n’aurai jamais cru qu’un jour j’arriverai à de telles extrémités, mais entre ça et la jument de Michao, il faut choisir !

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Signature notaire et soupe à la grimace

En avant

Short, baskets et montre GPS pour prouver au reste du monde mon esprit sportif, je démarre en petites foulées. Je suis, bien entendu équipé d’un harnais avec projecteur led pour m’ouvrir un passage lumineux dans les chemins creux. Le ciel a décidé de m’aider pour mon footing matinal, il est dégagé et la lune bien ronde brille. Et donc mon attirail devient inutile, je m’enfonce dans la nuit sous son regard bienveillant qui me balise le chemin. En prime, elle pourra témoigner auprès de l’univers de ma performance.

Des frissons

J’attaque avec de petites foulées la première montée. L’astre de la nuit a du mal à éclairer mon passage, des arbres bien serrés en rang, me font une haie d’honneur mais, dans le même temps, masquent le sol. Quelques tâches de lumière surgissent çà et là, pour tenter de m’effrayer. Pour ajouter une touche dramatique au tableau, une chouette hulotte hulule. Elle a parfaitement le droit de s’exprimer mais elle aurait pu attendre un peu. J’accélère pour arriver plus vite dans une zone dégagée où mon amie la lune pourra me rassurer avec son éclat.

Le monde de la nuit

La mare aux grenouilles se profile. Lors de mes précédents passages, je remarque que c’est l’endroit le plus bruyant du circuit. J’aime entendre leurs coassements ininterrompus, ils rythment ma foulée. Heureusement que je n’habite pas à côté, ce doit être l’enfer de les entendre jacasser toutes les nuits. Surprise, ce matin le silence m’accueille, quel est ce mystère ? Je continue mon parcours et réfléchis à la raison de leur soudaine discrétion. Je me dis que la saison des amours est sans doute terminée et que les mâles bourrés de testostérone n’ont plus besoin de pousser la chansonnette pour séduire leurs promises. Internet me confirmera cette hypothèse à mon retour.

Cancaner

J’arrive au grand étang. D’innombrables canards squattent ce lieu. D’habitude ils s’ébrouent joyeusement et s’amusent à sauter dans l’eau pile au moment où je passe pour tenter de m’éclabousser. Ils sont joueurs. Ce matin, ils font moins les malins. Je les surprend en plein sommeil, ils sont vautrés sur les berges la tête sous l’aile. Pour ne pas les bousculer ou les piétiner, je zigzague en prenant garde de rester sur le chemin, le bain de 5h du matin ne figure pas au programme. Ils sont très visible toujours grâce à le lune dont l’éclat ne faiblit pas. Elle baisse cependant petit à petit sur l’horizon.

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Une campagne de crowdfunding, financement participatif d'un livre personnalisable

Vive la modernité

Le moment de longer la route m’agace toujours un petit peu. Un retour au modernisme alors que le reste du parcours se déroule au milieu de la nature. A cette heure matinale et de surcroît un samedi, aucun véhicule à l’horizon, super. Mon allégresse s’interrompt brutalement, Un énorme camion, pas super mais plutôt gasoil, arrive dans un tonnerre qui déchire mes tympans sevrés de telles monstruosités. Il devrait y avoir une loi pour interdire les camions et les voitures à cet endroit entre 5h35 et 5h45 ! On peut autoriser, à la rigueur, les véhicules électriques. Heureusement ce passage est court et je rejoins la dernière portion de mon parcours, une montée qui longe un pré.

Sacrée jument !

Mon souffle reste stable, je ne tente pas d’exploit sportif pour cette sortie. Je me sens complètement détendu pour parcourir le dernier kilomètre. La lune continue d’offrir une belle lumière, mais elle baisse régulièrement sur l’horizon. J’anticipe déjà la douche bien méritée mais soudain une vision de cauchemar m’assaille, je la vois ! Elle ne bouge pas du tout, je pense qu’elle dort debout. Elle ne fait pas du tout attention à moi mais je sens qu’elle va me gâcher tous mes efforts. Un cheval est là dans le pré ! Il ressemble comme deux gouttes d’eau à la jument de Michao !

Bien entendu, tu as la possibilité de t’exprimer et de m’écrire un commentaire. J’espère que tu connais la jument de Michao, sinon je t’invite à la découvrir

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soyez le premier à commenter on "Jument de Michao et footing matinal"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée


*