Je viens vous sauver d’une arnaque par un malfaisant

sauver d'une arnaque

– Bonjour ! Vous êtes bien Monsieur Didier LEMARIEY ?

– Oui, bonjour !

– Je me présente, Jean Tubetout, Je travaille à la cellule vigilance de la société générale. Pourriez-vous dans un premier temps me préciser votre adresse et votre date de naissance.

– Oui, 22, rue du pou qui grimpe à Coutances et je suis né le 12/12/72

– Etes-vous le titulaire d’une carte bleue se terminant par 1234 ? L’avez-vous avec vous en ce moment ?

– Attendez, je vérifie… Oui, je l’ai avec moi !

– Bien. Je vous contacte, car vous venez d’être victime d’une tentative d’escroquerie à la carte de paiement. Je suis là pour vous sauver d’une arnaque. Sauf si vous me dites que vous avez dépensé 1200 et 1480 euros sur un site de paris en ligne en Angleterre.

– Ah non ! Je ne vais jamais sur ce genre de site.

– Rassurez-vous, pour le moment ces opérations sont retenues. L’important, est de savoir comment les pirates ont réussi à avoir vos informations. Comme nous sommes dans la période de Noël, peut-être avez-vous fait un achat sur un site non sécurisé ?

– Je ne pense pas, je ne me souviens pas d’avoir fait un achat en ligne récemment.

– Alors, que je vous explique. Souvent, vous êtes sollicité par un message sur votre mobile pour accéder à un site genre Netflix ou Disneyplus ?

– Non et je suis déjà abonné à Netflix.

– Alors c’est peut-être Amazon ou des site comme Crit’Air où ils vous demandent 2 ou 3 euros, mais le but est de récupérer toutes vos coordonnées.

– C’est probablement celà.

Les bons conseil de Jean Tubetou

– Alors d’une manière générale, vous oubliez toutes les sollicitations par message texte, c’est vraiment la porte d’entrée royale pour ces gens-là. Voyez ça fait maintenant presque 14 ans que je fais de la cybersécurité et les techniques évoluent de plus en plus vite. Soyez super vigilant si vous voulez passer au travers. Ils inventent de nouveaux systèmes d’arnaques tous les jours.

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Le vent souffle et le volet claque

– Je vous remercie de m’alerter sur le sujet.

– Maintenant, nous allons clore votre petit souci. Pour supprimer définitivement ces 2 paiements en attente, je vais devoir appliquer le masque de votre carte de crédit. Pouvez-vous me donner le cryptogramme qui figure au dos de votre carte s’il vous plait ?

– Vous voulez que je vous donne le cryptogramme au dos de ma carte ?

– Oui, c’est indispensable pour annuler l’opération.

– ?  ?  ?

– Monsieur ? Vous êtes toujours là ?

Que dois-je faire ?

– Ecoutez, vous êtes tout à fait sympathique et je vous remercie à nouveau pour toutes les mesures de prévention que vous m’avez expliquées, mais on m’a toujours dit de ne jamais donner un code par téléphone…

– Comme vous voulez Monsieur, mais je ne pourrai pas retenir ces paiements indéfiniment.

– Je comprends, mais comprenez-moi aussi, si vous êtes vraiment la personne que vous prétendez être, et je n’en doute pas un instant, vous approuverez que je ne vous donne pas mon code.

– Ecoutez Monsieur, cela fait 14 ans que je fais ce métier et je n’ai jamais eu de problème.

– Bien-sûr Monsieur, mais, je ne vais vous donner aucun code. Je vais raccrocher et appeler un conseiller. Il est un peut tard, mais je pense avoir son portable. Je vais débrouiller cette affaire avec lui. Je vous remercie encore pour votre cours de prévention.

– Mais, ce n’est rien, à votre service et bonnes fêtes de fin d’année.

– Bonnes fêtes à vous aussi.

Des vérifications s’imposent

Je raccroche et je tente de joindre mon voisin qui travaille à la société générale. Je sais qu’il est en vacances, mais si j’insiste un peu, il me répondra.

– Allô ! Paul ?

– Oui, Didier qu’est-ce qui t’arrive ?

Je lui rapporte la conversation que vous venez de lire et je lui demande son avis.

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Comment démarrer sa journée bien habillé ?

– Bonne réaction, effectivement, on ne donne jamais de code par téléphone, par contre, je trouve qu’il connaît beaucoup de choses, le mieux est de vérifier dès maintenant si tout est clair sur ton compte. Compose le 09 69 39 33 39 dans la foulée !

Se sauver d’une arnaque

Aussitôt raccroché, aussitôt j’appelle ce numéro. Rapidement une personne prend mon appel, elle me pose quelques questions afin de vérifier mon identité. Je lui expose ma conversation avec le pseudo technicien, son collègue. Elle me confirme ce que j’avais détecté, ce n’est pas un employé de la banque ou alors, un qui cherche à arrondir sa fin d’année d’une manière peu conventionnelle. Une vérification de mon compte et elle m’affirme que tout est clair, qu’il n’y a aucun prélèvement en attente pour un site de jeux en Angleterre. Elle vient de me sauver d’une arnaque. Pour finir, elle m’indique une option que vous devez avoir aussi. On peut paramétrer sa carte pour empêcher un achat à l’étranger et même sur internet. Je l’inactive aussitôt pour tout paiement hors France métropolitaine.

Merci aussi la technologie

En fait, je l’ai échappé belle. Si le site qui m’a pompé mes informations est, comme je le pense, celui de Crit’Air avec un .net au lieu du .fr, il avait tout, même mon cryptogramme. Sauf que la carte que j’ai, à l’option cryptogramme dynamique. Les 3 chiffres présents au dos se renouvellent toutes les heures. Je pense qu’il n’a pas utilisé aussitôt les données qu’il avait, et donc le code était devenu obsolète. C’est pour ça qu’il a pris le risque de me contacter. Si je lui avais fourni ce code lors de l’appel, je n’aurai eu aucune couverture et les achats qu’il aurait pu faire, auraient été pour son cadeau de Noël. Et , à la réflexion, je n’ai pas envie de lui faire un cadeau pour Noël.

Je suis sûr que vous aussi, vous avez déjà été victime de ce genre de pratique. Il faut être sensibiliser pour se sauver d’une arnaque. Vous pouvez écrire un commentaire

Spread the love
 
 
  

2 Commentaires on "Je viens vous sauver d’une arnaque par un malfaisant"

  1. je ne pensais pas que tu en ferais une histoire..🤪

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée


*