Une souris au BNI du vendredi

Une souris au BNI du vendredi

Debout de bonne heure et bonne humeur

Comme tous les vendredis matins, le réveil sonne deux heures plus tôt que d’habitude. Je me pose souvent la question, pourquoi est-ce que je subis ça ? Je ne suis pas obligé ! Je pourrai rester au chaud sous la couette. La réponse est évidente à chaque fois, le BNI c’est vendredi et je me suis engagé dans ce groupe pour plusieurs raisons. La première et la plus importante, je vais rencontrer des relations qui sont devenues des amis. L’ambiance qui en résulte est conviviale et j’attends cette rencontre avec joie.

Une assemblée sympathique

Ce matin c’est la reprise après les congés. Certains ne sont pas rentrés, notre effectif n’est donc pas complet. Cependant, pour l’ambiance du groupe, Philippe, l’avocat, est quand même venu, mais en short. Nous échangeons dans un premier temps autour d’un café pour les uns, chocolat pour les autres, accompagnés de viennoiseries. Le sujet de conversation est tout trouvé : les vacances. Bien que l’objet d’une telle réunion est d’échanger du business, c’est tellement plus agréable de le faire avec des personnes qu’on apprécie. Le marketing du bouche à oreille est, et restera le meilleur.

Une invitée surprise

Nous discutons ainsi en attendant le feu vert du départ quand, Richard, le comptable, franchi la porte. Une espionne en profite pour se glisser à l’intérieur avant que le battant ne se referme. Son but est certainement d’en savoir plus sur ce qui se passe ici. Elle n’a pas été assez discrète, Alexandre, l’antenniste, l’a tout de suite remarquée. Mine de rien, elle se cache derrière un pot de fleur qui trône près de l’entrée. Peine perdue,  son intrusion n’est pas passée inaperçue, bien qu’elle soit toute petite. Une souris s’est invitée à notre séance de travail.

Les personnes qui ont lu cette histoire ont aussi lu :  Barbara risque de m'attendre

La souris peut-elle rester ?

Un débat s’engage, peut-on tolérer cette invitée qui n’a pas son carton ? Aucun des présents ne lui en a donné un. Nos échanges n’ont rien de secret mais la cession n’est pas publique. Pascale, la paysagiste, et Alex, l’empereur de la voiture sans permis, sont d’accord pour lui fournir un sésame si cela rentre dans leurs statistiques. Leur proposition n’est pas retenue. Je la prends en photo pour en faire une star d’internet. Elle n’apprécie pas mon action, par pudeur sans doute. Elle décide donc de retourner vers l’anonymat et disparaît subitement.

Des opportunités avec des pros

Tant pis pour elle, elle ne pourra pas profiter du prêt étudiant de Thomas. Anne ne lui confectionnera pas de bouquet de fleurs pour son mariage. Patrice ne pourra pas l’inscrire à une formation CACES, lui qui en est pourtant le spécialiste. Elle ne profitera pas non plus des conseils avisés de Jean-Yves, coach pour les petites entreprises. Toutes les personnes présentes auraient pu certainement lui être utiles, chacun étant un professionnel reconnu dans son secteur : Didier, l’assureur, moi-même et mes maisons d’occasions, Eric, le roi du web, ou Françoise, la coach que tout le monde s’arrache. Une dernière chance cependant, si elle revient la semaine prochaine, Yann, le peintre, nous a promis une infomerciale de premier ordre, il nous parlera de branlette ? ? ?

Si toi aussi tu penses que la souris aurait dû rester pour profiter des compétences des personnes présents, Laisse un commentaire ou partage cette histoire du jour.

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    20
    Partages
  • 20
  •  
  •  

Soyez le premier à commenter on "Une souris au BNI du vendredi"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée


*


Vous êtes libre d'obtenir gratuitement mon livre huit histoires inédites